navigation

images 30 novembre, 2010

Posté par kpoetik dans : Non classé , ajouter un commentaire

scorpionounet.jpg

Complainte d’une oubliée 16 novembre, 2010

Posté par kpoetik dans : Poesie , ajouter un commentaire

Encore un espace sans toi
Encore une esquisse de l’espoir sur les toits
Encore une flamme qui chancelle et qui ne s’éteint pas
Malgré les tempêtes nocturnes
Et les époques taciturnes
Qui nous font croire que c’est fini cette fois

Mais toujours ça recommence
Et puis toujours ça danse
Et ça rit et ça tourne, ça grandit
Ca supplie, ça en crêve d’envie
Et au printemps, ça fleurit…

Mais cette fois, peut-être le point de non retour
Et puis le mal de chien qui me lance
Le coeur perçé par les vautours qui dansent
L’espérance qui s’en va et qui revient
Comme une valse qui se jouerait de ma chance

C’est la triste ritournelle des amours maudites
Du retour des fantômes qui claudiquent en silence
Et qui pleurent en un chant mélismatique
Comme une prière face au drame de l’errance

Mes mots se déversent et mes larmes coulent telle une averse calme
Et la plainte se fait chaque jour plus forte
Mon corps qui se balance dans un repli autistique
Et mes poèmes qui se foutent de la métrique
Hurlent à la Lune…

Alors je m’accroche à ces petites lettres qui contiennent chacune un monde
Elle me nourrissent, me pétrissent, me donnent une forme, elles me bercent de leurs ondes
Et je te cherche et je rallume la flamme
Et toi tu souffles, enfant espiègle, c’est mon drame

Je suis prête à toutes les promesses, à toutes les ivresses
Si seulement tu voulais, me renommais Princesse
Alors je sortirai de mes batailles, je panserai toutes mes entailles
Desquelles coulent encore des larmes de sang
Quand je repense à tous nos drames d’antan

bibou

Toujours sur le même ton

Posté par kpoetik dans : Poesie , ajouter un commentaire

Voici un texte que j’ai écrit après une expérience professionnelle douloureuse en ce début d’année. Je n’en suis d’ailleurs toujours pas entièrement remise…

Ils me parlent toujours sur le même ton
Ils jonglent avec des sommes plus importantes que le Téléthon
Ils accumulent du stress et moi, j’me prends des coups d’bâtons
Ca les décharge, ça les apaise, sur moi ils lâchent ce qui leur pèse
Bien trop d’pognon, bien trop de pèze
Sur leurs épaules, sur leurs trapèzes

Y a d’raison qu’ils soient plus forts
Ni même qu’ils n’aient jamais tort
Quand ils m’agressent moi je me tords
Mais je me tais, voilà mon sort

Y a d’quoi passer l’arme à gauche comme
Un employé des télécoms

Je sais qu’ils me prennent pour une conne
Pour faire mes preuves j’en fais des tonnes
Y a toujours un truc qui déconne
Y a toujours un truc qui détonne
Entre c’que j’montre et c’que j’ressens
J’en perds mes nerfs, j’en perds mon sang

Toujours sur le même ton, toujours sur le même ton,
Toujours sur le même ton, toujours sur le même ton

Petit chef a des grands chefs qui ne rigolent pas du tout
C’est pourquoi ils se servent de moi pour regonfler leurs petits égos
Donnant des ordres inutiles
Pour que j’comprenne que c’est eux les chefs et moi la débile

Et oui, j’suis hôtesse d’accueil, métier d’service, métier de potiche
J’ai un cortex, des émotions et même un peu d’talent mais ça tout le monde s’en fiche
Mon boulot c’est d’m'excuser, pour tout pour rien, pour la connerie humaine
Ma spécialité c’est de sourire et ce même quand j’ai la haine
J’suis aussi secrétaire et assistante RH
Le tout pour un SMIC pourri dans une ambiance typique «droite trash»

Je sais j’suis pas la seule, la plupart des gens ne choisissent pas leur vie
Mais combien sont conscients d’être aliénés à votre avis ?
Qui rêve de liberté, liberté d’être et non pas d’avoir ?
Qui rêve d’exister sans avoir l’or ni le pouvoir ?
Le monde de demain ne serait-il pas rouge et noir ?

On m’aurait menti ? C’est pourtant écrit dans les livres
Enseigné dans les hautes sphères, là où l’esprit s’ennivre
Un matin, des magiciens viendront lever le voile
Sur les rivières, ils viendront tisser la toile

En attendant, ils me parlent toujours sur le même ton
Et moi je leur réponds toujours sur le même ton

Tout le monde communique mais plus personne se parle
Pas moyen de passer la grille de votre coeur de vos entrailles, tu parles !
On a tout blindé, tout verrouillé à double tour
Tout est parfait, aseptisé, rien ne doit dépasser autour

Pas moyen de boire un café, même à côté, pas même sucré
Pas moyen de voler un baiser salé sur le seuil de la salle Thésée..
Ca commence à me peser, j’ai besoin de m’poser
Un p’tit cocktail pour m’apaiser, je vais me reposer.

Tous en boite !

Posté par kpoetik dans : Poesie , 1 commentaire

A la naissance déjà
Dans la première boite
Blouse blanche
Ciseaux
Matricule au poignet
Sectorisés
Terrorisés
Crèche
Système scolaire
Boite à bac
HEC
Pour entrer dedans
Boite à cons
Carte Orange
Mutuelle
Tickets resto
Et avantages de consommation
Loisirs
Club Med
Lip dup
Avec le patron
Danser comme des cons
Boite de nuit
Speed dating
Pour trouver Suzon
Regarder la télévision
Peut-être même…
Gagner des millions
Pour faire des enfants
Pour les mettre en boite
Pour partir en retraite
A Marrakech
Ou à Antibes
Pour les obsèques
Pour acheter
La dernière boite…

Handicapable

Posté par kpoetik dans : Non classé , ajouter un commentaire

Revenant de mon agence avec mes 18 kg de tracts dans les escaliers du metro, je galérais, comme d’hab, guettant la rupture de mon nerf sciatique.. Les passants me regardaient puis poursuivaient leur route.. Puis, soudainement, derrière moi, j’entendis une voix, c’était un homme d’une trentaine d’années : « Puis-je vous aider ? Je vois que vous avez des difficultés ». Je répondis : « Oui, avec plaisir, mais faites attention, c’est très lourd ». Il descendit ma valise jusqu’au quai puis nous nous sommes souhaités une bonne fin de journée. Cet homme était amputé du bras droit.

Et l’humilité

Posté par kpoetik dans : Poesie , ajouter un commentaire

Se donner le temps de renaître

Sur le fil avancer

Ouvrir quand même

Et l’humilité…

Apprendre à parler

Bégayer

Avoir honte

Mais recommencer

Garder l’étincelle

Paroles spirituelles

Et créativité

Et l’humilité…

Construire son église

Dessiner les vitraux

Faire entrer la Lumière

Puis construire autour

Eloigner les vautours

Rassembler les frères

Rejoindre sa route

En baissant les armes

Accepter le doute

Faire couler les larmes

Et l’humilité…

Et puis se faire Ange

Messager d’Amour

Juste pour un instant

Juste pour toujours

:-)

Emilia Pardo Bazán |
Evoluer, jour après jour |
Le blog de Chris. Une image... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lepetitmachiavel
| Vagues poétiques
| Bernard Perroy - 2